Renault et le Sport Automobile

Renault et le sport automobile

ImprimerEmail
Les débuts

Très tôt, Louis Renault prend conscience de l’importance des exploits sportifs dans le développement de l’image de la marque. Le 24 décembre 1898, il prouve la supériorité de sa première grande innovation, la transmission à prise directe. Sa voiturette Type A est la première à gravir la côte de la rue Lepic, à Montmartre.

Suite à ce succès, Renault s'engage dans la compétition automobile et remporte une série de victoires en Grand Prix. La Renault type K, équipée du premier moteur conçu par Renault, s'illustre notamment en 1902 lors du Paris-Vienne.

La Première Guerre Mondiale marque un temps d'arrêt dans la compétition automobile en Europe. Mais Renault ne reste pas éloigné du sport automobile pour longtemps. La marque au losange revient en force dans les années 20' avec l’impressionnante Renault 40CV. Victorieuse au Rallye de Monte-Carlo en 1925, elle s’illustre en battant les nombreux records de vitesse sur circuit de l’époque.

L'arrivée de Gordini

En 1958, Renault place le constructeur d’origine italienne, Amédée Gordini, à la tête de la division sport automobile. La mythique Renault 8 Gordini vit le jour. Elle deviendra un symbole de réussite pour toute une génération de pilotes. Son immense popularité conduit à la création, en 1966, de la Coupe Renault 8 Gordini : les championnats monomarques étaient nés.

En juillet 1970, le lancement de la Renault 12 Gordini donne lieu au 'G-Day', grand rassemblement de propriétaires de Gordini sur le circuit Paul Ricard. L’esprit de cet événement se perpétue aujourd’hui au travers des World Series by Renault. À la même époque, la Formule Renault fait son apparition avec les premières voitures utilisant le moteur de la Renault 12 Gordini. La France accueille son premier championnat de Formule Renault en 1971.

Le rachat d'Alpine

En 1973, Renault devient actionnaire majoritaire d’Alpine, créé par Jean Rédélé, un petit constructeur français avec lequelle la marque entretenait des liens depuis de nombreuses années. L’année 1973 se révèle être une année faste pour la marque puisque l’Alpine A110 « Berlinette » remporte le premier Championnat du Monde des Rallyes

Nos premiers pas en Formule 1

Notre histoire avec le sport automobile débute avec l'arrivée d'Amédée Gordini, connu pour ses bolides de Grand Prix. Renault fait construire l'usine de Viry-Châtillon pour abriter ses créations. Grâce à Gordini, Renault se concentre d'abord sur un moteur V6 2,0L dévoilé en janvier 1973. Le bloc se révèle compétitif dans le prestigieux Championnat Européen de Voitures de Sport 2,0L.

Fort de ce succès, Renault rejoint le Championnat du Monde des Voitures de Sport de la FIA et met au point une version turbo du moteur. Renault Sport est officiellement fondé en 1976 tandis qu'un programme de compétition en monoplaces est lancé : Formule 2, Sport Le Mans, puis Formule 1 en 1977. Renault débute en Formule 1 en tant qu’écurie. La marque est pionnière avec une innovation marquante : le turbo. Quand les moteurs concurrents sont atmosphériques, Renault aligne un moteur V6 turbocompressé. En parallèle, Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud remportent les 24 Heures du Mans de 1978 grâce à leur Alpine-Renault A442B, propulsée par le moteur Renault V6 turbo. La marque au losange remporte sa première victoire en Formule 1 en 1979, lors du Grand Prix de France, avec Jean-Pierre Jabouille au volant de la RS11.

Au début des années 80, Renault gagne 15 Grands Prix et termine deuxième au Championnat du monde de 1983 grâce à Alain Prost, avant de se retirer de la compétition à la fin de la saison 1985. Renault a largement gagné son pari avec le moteur turbo, auquel personne ne croyait à l’époque.

Le retour gagnant

Début 2001, le Losange annonce le rachat de l’écurie Benetton pour revenir en tant que constructeur à part entière. Renault fournit cette saison-là des moteurs à Enstone avant que la structure ne renaisse sous le nom de Renault F1® Team l’année suivante.

En 2003, Fernando Alonso décroche en Malaisie la première pole position de l’équipe. Le jeune Espagnol fait encore mieux en Hongrie où il signe le premier succès du Renault F1® Team. L’année suivante, Jarno Trulli offre la victoire à Renault lors du rendez-vous le plus prestigieux de l’année : le Grand Prix de Monaco.

En 2005, Alonso est l’homme à battre : il devient champion du monde Pilotes tandis que Renault s’impose chez les Constructeurs avec huit victoires pour l’Espagnol et son équipier Giancarlo Fisichella.

Malgré l’important tournant technologique que représente le passage du V10 au V8, Renault poursuit sur sa lancée en 2006. Avec huit succès, Renault lutte face à Ferrari dans la conquête des titres, mais la capacité d’innovation de la marque française l’emporte encore avec un nouveau doublé.

Rompu à l’exercice de fournir plusieurs équipes, Renault signe un partenariat moteur avec Red Bull Racing en 2007. Les monoplaces bleues ne tardent pas à se révéler performantes. En 2010, Vettel sort finalement vainqueur et devient le plus jeune champion du monde de l’histoire de la discipline. L’écurie Red Bull-Renault remporte le titre Constructeurs.

Tandis que Renault recentre son activité sur la fourniture de moteurs, Sebastian Vettel est intouchable au Championnat du Monde, battant tous les records pour décrocher quatre sacres consécutifs jusqu’à 2013.

Aux côtés de Red Bull Racing, Renault fournit Lotus F1® Team, Caterham F1® Team et Williams F1® Team. Tout au long de la période V8, le bloc conçu et développé par les 250 ingénieurs de Viry-Châtillon n’a cessé de dominer en remportant plus de 40% des courses disputées et un nombre record de poles positions.

En 2014, la Formule 1 effectue une véritable mue avec l’introduction d’une technologie moteur d’avant-garde. Le nouveau groupe propulseur de Renault en F1® combine l’architecture de l’ancienne génération de moteurs suralimentés, de puissants moteurs électriques et d’une batterie de systèmes de récupération d’énergie sophistiqués pour réduire la consommation de 40% tout en offrant un dynamisme et des performances similaires.

Renault continue de fournir Red Bull Racing, l’écurie sœur Scuderia Toro Rosso ainsi que Lotus F1® Team, mais la bataille est rude. Après un examen complet de sa stratégie, Renault annonce fin 2015 son retour en tant que constructeur à part entière.

En dehors de la F1

En dehors de la F1®, Renault Sport Technologies poursuit le développement de sa gamme de championnats monotypes avec la Formula Renault 2000 et la CLIO Cup. En rallye, la CLIO Super 1600 s’impose rapidement avec plusieurs titres internationaux entre 2003 et 2005.

En 2005, la fusion entre l’Eurocup Formula Renault V6 et les World Series by Nissan mène à la création des World Series by Renault. Évènements accessibles gratuitement pour le public, les World Series by Renault ont mêlé onze ans durant compétitions de haut niveau, démonstrations de F1® et animations à destination de toute la famille. L’évènement permet notamment à de nombreuses stars de la F1® de percer dans le monde du sport automobile.

Notre nouveau défi, la Formule E

Disputé au cœur des villes du monde entier, la Formula E est le premier championnat 100% électrique organisé par la FIA. Fidèle à sa nature de précurseur, Renault profite de cette vitrine mondiale pour démontrer son savoir-faire en matière de technologie électrique.

Pionnier du véhicule 100% électrique avec la gamme Z.E. (zéro émission) et acteur incontournable du sport automobile, Renault encourage l’émergence d’une nouvelle forme de course automobile, plus accessible et en faveur du développement de la mobilité électrique.

Renault relève ce défi avec succès en remportant avec l’équipe Renault e.dams le premier titre de Champion de Formula E de la FIA lors de la saison 2014-2015. Pour le deuxième exercice, Renault renforce son engagement sportif en développant son propre groupe motopropulseur et en développant des technologies de pointe qui bénéficieront directement ou indirectement aux véhicules de la gamme Z.E.


Le prochain chapitre d’une histoire déjà captivante

Notre programme F1® constitue le cœur de Renault Sport Racing, notre nouvelle entité regroupant toutes les activités compétitions, de la Formula E à la Formula Renault 2.0 en passant par la compétition-clients. Ce changement s’effectue en harmonie avec l’évolution de Renault Sport Technologies en Renault Sport Cars, responsable du développement et de la commercialisation de la gamme de véhicules sportifs Renault. Cette nouvelle organisation sportive permettra de faciliter l’osmose de la technologie, du personnel et des bénéfices marketing au sein du groupe.

En lui-même, le nom Renault Sport Formula One Team souligne les synergies entre la F1® et la série, ainsi que l’importance que nous accordons à ce sujet. Renault Sport Cars est mondialement reconnu pour l’excellence de ses sportives telles que MEGANE R.S. et CLIO R.S.

De plus, les marques de l’Alliance Renault-Nissan pourront utiliser cette nouvelle structure comme tremplin pour leurs propres programmes stratégiques. Infiniti nous rejoindra en tant que partenaire technique pour le système de récupération d’énergie, tandis que Nissan bénéficiera de l’excellence des infrastructures de Viry-Châtillon.

En résumé, le sport automobile fait plus que jamais partie du cœur de Renault.